dimanche , 16 juin 2019

[ÉDITO] LIGUE DES NATIONS DE LA CONCACAF, HAÏTI, POUR SORTIR DU SPECTRE.

C’est aujourd’hui qu’Haïti doit goûter au vin de la renaissance. Il est impératif que la sélection inspire un nouveau dynamisme au public. Après s’être mise pratiquement en veilleuse depuis avril 2017, la sélection haïtienne ne s’offrait que 3 matches amicaux dans l’intervalle de 16 mois et 23 jours. Le moment tant entendu est enfin arrivé pour la sélection de reprendre vie et goût de la compétition, mais différemment.

Vivons l’Extraordinaire

Alors qu’elle avait loupé lamentablement, dans un premier temps la qualification pour la coupe du monde de la FIFA, Russie 2018, en se faisant sortir dès la deuxième phase des éliminatoires. Elle avait ensuite été humiliée (3-0) à Managua par la sélection locale qui l’a privé du dernier billet donnant accès à la Gold Cup 2017. Du même coup, les Grenadiers, dénués de toutes compétitions régionales et internationales, partaient en vacances pour une durée de 17 mois.

Si auparavant, elle avait été meublée par des joueurs, pour la plupart, qui avoisinaient les 30 ans ou plus : Max Hilaire (33), Placide (31), Alexandre (32), Donald Guerrier (29), Kevin Lafrance (28), (Mechack Jérôme (28), ces éliminations sont pour la sélection haïtienne, une opportunité de se régénérer avec un projet qui s’articule autour de têtes plus jeunes d’une part, l’occasion aussi pour permettre à ces jeunes loups, d’autre part, de prendre jambes dans des matches amicaux, mais pas seulement 3 dans l’espace de 16 mois et 23 jours.

LE PARI GAGNÉ

Parallèlement, les dirigeants ont gagné une première bataille à savoir : Le Renforcement de l’effectif par de jeunes joueurs, avec notamment une moyenne d’âge olympique. Comme le dernier groupe convoqué pour le match contre l’Argentine. L’état-major (Le XI de départ) a été constitué pas moins de 7 joueurs U25. Ces derniers composent le noyau dur de cette (nouvelle) équipe.

Par ailleurs, ce groupe avec beaucoup de qualités, qui d’ailleurs est tryptique (Les expérimentés, la nouvelle génération qui évolue à l’étranger et la nouvelle génération de joueurs du CHFP), attire l’espoir du public. Ils méritent (ces joueurs) de multiplier des tests matches afin qu’elle puisse devenir une sélection très compétitive pour les épreuves des prochains éliminatoires.

UN MEILLEUR ÉLÈVE

Haïti doit adopter l’image de celui qui planifie avec cohérence, qui apprend de ses erreurs, analyse, corrige et rectifie pour mieux aborder l’avenir. La Ligue des Nations de la CONCACAF est la situation idéale, la meilleure occasion pour se relancer, pour tourner le dos à l’éternelle excuse « Nous avons bien joué« , oui mais nous avons aussi perdu toutes ces fois. Aux mêmes maux les mêmes conséquences.

Nécessairement, les résultats et la manière doivent s’aligner dans les rangs de la sélection haïtienne, attendue longtemps dans le navire des gagnants. Dans le dessein de nous séparer du spectre de la culture de l’inexpérience et d’expulser de notre ADN, l’incapacité à apprendre de nos erreurs, le processus vers le mondial 2022 doit être effectif à partir de ce lundi 10 septembre. Chaque résultat a une planification et chaque résultat a un prix, n’est ce pas ?

Construisons le nôtre !

Lutherson Léon / FOOTKOLE

[chat id= »15" font= » » ]
PARTAGEZ

About Lutherson Léon

Journaliste, PDG de FOOTKOLE
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com